© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

 1939-1945  Le temps des Oradours

 L'occupation, la guerre, la résistance

Au lycée, de nombreux élèves de toutes sensibilités sont déjà engagés dans la vie politique; en majorité communistes, ils affirment nettement leurs convictions contre le fascisme. Contemporains de la guerre d'Espagne et du Front Populaire,  ils se sont organisés sous la responsabilité d'Olivier Souef, l'un des meilleurs amis de Rouben Melik.

                         

                                                                        

   

                                                                     

 

 

 

 

                                                                            Alors ce fut la ville prise

                  L'étonnement des hauts tambours

                      Le défilé comme une frise

                  En cols raidis et beaux atours

       Où le sang a coulé

4 jeunes gens et une femme adultes assis par terre

Jean Suret Canal, Olivier Souef 

et sa fiancée, entre eux Pierre Daix

 Rennes 1940

Exposition Paris 2007-
Mémorial Leclerc-
Musée Jean Moulin

Juin 1940   Avec l'invasion de la France, les épreuves du Baccalauréat sont reportées. 

C'est l'exode

"J'étais tout jeune quand j'ai pris mon vélo pour fuir devant

les allemands ..traverser une forêt tout seul, entendre les avions

au dessus ...premières peurs, et la peur ensuite dans la résistance ...

Parce qu'on a eu peur! "

De retour, Rouben Melik s'inscrit à la Sorbonne  en littérature et à l'Ecole des Langues

Orientales en arménien classique. Il suit les cours du philosophe Gaston Bachelard

et de Paul Valéry au  Collège de France.
Dès juillet 1940, étudiants et lycéens manifestent leur rejet de l'occupation allemande

et de la collaboration; la répression est très violente. De nombreux événements marquent le jeune poète: l'arrestation de Guy Moquet, du professeur Paul Langevin, des jeunes manifestants du 11 novembre 1940, de ses amis parce

qu'ils sont juifs, de son professeur d'allemand Jacques Decourd'Olivier Souef.

Nombreux sont ceux qui disparaissent dans"la Nuit et le Brouillard".
                                


    Où êtes-vous veillant la nuit les grandes orgues
              Mes amis morts des temps de guerre,
              Dans quelle tombe et quelle terre,

Chercher vos corps comme on voyage dans les morgues

 
                             
Où le sang a coulé 
                   
                                                                                    

                           "Contre l'occupant, l’avilissement, la mort,

                            la poésie n'est ni un refuge, ni une résignation,

                            ni sauvegarde, elle crie."  

 

                          Pierre Seghers

                                       
Aux côtés de ses aînés poètes déjà connus tels que Louis Aragon,

Robert Desnos, René Char,  Paul Eluard  …Rouben Melik entre

en Résistance. Ses poèmes sont diffusés sous forme de tracts,

on vient les écouter aux séances de lecture de la Maison des Lettres,

de la Maison du Droit ; interdits par la censure, ils seront publiés

après la guerre dans Accords du monde en 1946.

1942 : Il adhère au parti communiste, rejoint les résistants arméniens proches du groupe Manouchian. Louise Aslanian dite Lass 

responsable FTP-MOI en région parisienne lui donne le nom de "Musset" dans la clandestinité, et le charge de sensibiliser les jeunes arméniens à la Résistance.

    

                                     

 

                                          Partisans du malheur camarades tombés
                                   Francs-tireurs du silence, un peuple 
vous attend

Pas à pas découverts, les mondes acharnés

Pour achever le ciel réclament tout leur sang .


                                                     Accords du monde 

 

Rouben Melik réussit à échapper au STO.

Affecté aux services de la Préfecture de la Seine

il  subtilise des fichiers et documents qui peuvent

 tomber aux mains de l'occupant.

1944  Très actif au  Comité de Libération du 18ème arrondissement, il participe à la  libération de Paris 

aux côtés des communistes et de ses amis arméniens résistants.

   

  

 

 

 

Ici est né et a vécu

       de 1921 à 1974

   le poète et résistant

    ROUBEN MELIK

         1921-2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

8 hommes debouts contre un mur et des fenêtres avec barreaux

Un des panneaux de l'exposition

 à gauche Rouben Melik , à droite

Louise Aslanian morte en déportation 

21 Février 1944, les 23 résistants du groupe Manouchian

sont fusillés au Mont Valérien .Sur la photo Manouchian , 6ème en partant de la droite

Plaque commémorative apposée au 6,rue deTrétaigne Paris 18ème 

en présence de Mr. Daniel Vaillant député maire du 18ème arr. ,

ancien ministre, de Monsieur Tchitetchian ambassadeur de la

République d'Arménie,de Mme Catherine Vieu Charrier adjointe

au Maire de Paris,de Monseigneur Zakarian archevêque de

l'Eglise apostolique arménienne

archives IMEC

ROUBEN MELIK

C’est la maison de pierre blanche,

Ne s’efface le bruit des pas

Comme un mur frôlé par les branches

Dans le jardin qui t’entoura

 

D’y avoir passé ne s’efface

Si facilement qu’on le croit

Et c’est de rester face à face

Que l’ombre prend forme de croix,

 

C’est de rester pour le silence

Qui se fait dense avec le soir

De voir comme un arbre s’élance

Vers son ombrage dans le noir.

 

Ne passe pas vite la peine

D’en avoir su la vive mort

De ce jardin où traîne

L’ombre d’un mur comme un décor

 

C’est à ce mur que je m’appuie

Encore un jour pour te garder

Comme au miroir mouillé de pluie

Où l’oubli ne saurait tarder

D’effacer l’ombre d’un visage

Je cherche encore à te revoir

Et cette mort n’est pas l’usage

Que l’on voulait de notre espoir.

 

OÙ LE SANG A COULÉ
FUSILLÉS  

                                    ROUBEN MELIK

A la Mémoire de Missak Manouchian

 

Midi minuit dans tous les champs tentaculaires

Sur tous les fronts collés aux murs des fusillades,

Midi minuit collés au cou des camarades

Sur tous les murs chaussés de sang d'homme d'affaires,

 

Douze matins d'hiver douze fleurs de printemps,

Pour crever les yeux sûrs pour torturer la vie,

Pour clouer la misère au marché de la vie,

Douze balles d'acier douze mots de printemps....

 

Dans la cellule à coins perdus midi minuit

Le soleil passe et frappe au ciel interminable

Le soleil tombe au fond du ciel interminable

Dans la baraque à coins perdus midi minuit.

 

Les flaques sous les pas, les lacs sous les paupières,

Les condamnés de droit commun les assassins

Sur les corps matraqués les voleurs de lumières

Les meurtriers de grands chemins, les spadassins.

 

Douze flèches de sang douze doigts de douleur

Pour clouer la misère au masque du silence,

Pour crever les yeux sûrs, pour hurler le silence

Douze miroirs sans tain douze corps sans douleur.

 

Sur les tombeaux pavés d'argent des bacchanales

Midi sonne minuit au flanc des barricades,

Sur tous les rails tordus au roc des mitraillades

Midi sonne minuit aux murs des capitales

 

Petit entête