© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

PRIX de POESIE :

1948

Prix Apollinaire pour                    

Passeurs d'horizons

1962

Prix de la langue française

de l'Académie Française pour 

Le Veilleur de Pierre

1967

Prix Artaud

Prix Pierre de Regnier

de l'Académie Française pour

Le Chant réuni II

1984 

Grand prix de la SGDL

Société des Gens de Lettres pour

La Procession 

DISTINCTIONS

1963

nommé Officier de l'Ordre

des Arts et Lettres  par le Ministre

des Affaires Culturelles

2006

Médaille de Vermeil de la Ville de Paris 

pour son oeuvre poétique et

son action dans la  Résistance

 

Je m'aventure et me domine

A la connaissance d'un nom

Suis-je encore à me faire inventeur de la mine

Où le mot se pesait qu'il fût d'or ou de plomb ?

je m'imagine et me renie 

Par le mot qui me surprend

Tracé, taillé, dosé, cassé, livré. Finie

La comédie où j'entre à la façon d'un errant

Qui touche à tout de l'écriture

Et se murmure son roman

Formant ses mots suivant les mots de l'ouverture:

La fille qui passait dans la cour de Rohan

                          Ce peu d'espace entre les mots

 

Le Poète, Tisserand des vers

L'ORDINAIRE DU JOUR

 

Ça suit son cours le col autour du cou serré

Jusqu'à ne plus laisser passer l'air dans la gorge

Et le poète songe au soufflet d'une forge

Pour donner une rime à son miséréré

RM « On ne s’improvise pas poète : c’est un métier dans le sens artisanal du terme. La consonance des voyelles, des consonnes .tout cela est un travail de l’esprit mais aussi un travail de la bouche et presque de la main … »

Je crois de plus en plus en me relisant, qu’il y a un aspect architectural qui est très propre au peuple arménien …; il y a dans ma façon d’approcher le verbe cette façon de s’approcher de la pierre ; c’est de la tailler, tailler le verbe et de composer le verbe, tailler même les images et donner des images surprenantes. les pierres tombales sculptées, gravées jusqu’à l’infini …et pour moi  le langage c’est aussi ça , aller jusqu’à l’infini dans la sculpture du langage …

Je dois dire que je travaille très difficilement, vers par vers, en raturant, en revenant sur le vers précédent …je n’écris pas tout d’un jet. »

16 Février 1997 avec la mort d'Ella, la plume du poète va se tarir.

 

C’est un arrêt qui m’a été imposé de l’intérieur. ..La poésie a été entre nous immédiatement un lien privilégié. Ella fut pendant toute notre vie commune,

ma première auditrice, la seule qui compta vraiment pour moi, C’est sans doute pourquoi j’arrêtai d’écrire après sa mort.

 

Comme il l'avait fait pour le recueil la Procession il regroupe dans un dernier ouvrage En pays partagé un ensemble de poèmes antérieurs et inédits.

L’écriture de Rouben Mélik a longtemps été définie dans le sens d’un classicisme recomposé, revisité, utilisant les alexandrins, octosyllabes ou les vers à six pieds ; mais ce travail d’écriture ne peut s’accompagner sans la musique des mots et il est l’un des rares poètes qui sache donner à la poésie, son ampleur vocale et à faire appel à l’émotion profonde.

Si Rouben Melik est le poète des « autres zones », par la ramification de ses racines, il est surtout poète français des zones qui sont les nôtres, par la pureté de la langue, le choc des images, le lyrisme, la magie du verbe auquel il mêle des accents très neufs et singuliers.

Alors qu’il est poète musicien, à la suite d'une maladie qui le prive de ses cordes vocales, il va rompre avec le lyrisme, quitter les alexandrins, couper les vers, fractionner les mots, les ployant au souffle de cette nouvelle voix, sans hésiter à  briser dans le même temps ce vers classique qui a traversé toute sa poésie

Lauréat du prix Apollinaire dès 1948, des prix de poésie de l’Académie Française , du grand prix de la poésie de la Société des Gens de Lettres, l’ensemble de l’œuvre

de Rouben Melik s’étale sur près de 60 ans en une vingtaine de recueils : une œuvre exigeante, ramassée, dont l’inspiration oscille entre l’amour et la mort , l’âme et le corps, une œuvre qui traduit aussi bien la souffrance de l'homme dans le siècle traversé par les guerres, l'injustice et les génocides, un siècle sur lequel le poète porte un regard très personnel, lucide sur le quotidien, la condition humaine et les bouleversements du monde moderne dont il se fait le témoin.

Rouben Melik invité à la Maison de la poésie

Paris, avec Vicky Messica

manuscrit Rouben Melik

(archives IMEC)

Interview Rouben Melik  .1
Interview Rouben Melik  .2
Interview Rouben Melik  .3
3-MICHEL BESNIER et ROUBEN MELIK - Unknown Artist
00:00 / 00:00
1-MICHEL BESNIER et ROUBEN MELIK - Unknown Artist
00:00 / 00:00
2-MICHEL BESNIER et ROUBEN MELIK - Unknown Artist
00:00 / 00:00

                   Entretiens

Michel Besnier  Rouben Melik

           LE POEME ARBITRAIRE

           N'arrive que de moi

Désir lent du poème, achève mon émoi

Par ton achèvement dans le temps qu'une page

        Te contient désir sage

Que j'eus de toi. N'arrive en moi que désiré

        Poème assez duré

        Pour que je te commence

D'un mot précis et pur autant qu'une semence,

        Poème du désir

N'arrive lent de moi qu'astreint par le plaisir

De soumettre à mon cri le mot que je refuse

         En moi parce qu'il use

Du cri d'abord jeté. Ne viens, poème, intact

         Ni vierge ni exact,

         Sans que tu sois dilemme

Assez en moi duré, lent désir du poème.